La stampa periodica storica francese: una biblioteca digitale

Gallica_Press

La biblioteca digitale Gallica è da anni il fiore all’occhiello della Bibliothèque nationale de France e rappresenta un esempio forse ineguagliato per realizzazione tecnica e qualità del progetto.

L’ultimo aggiornamento del portale riguarda la sezione dedicata alla stampa periodica.

E’ stata ideata una nuova interfaccia che facilita la consultazione di centinaia di numeri digitalizzati di quotidiani, riviste, giornali in lingua francese dati alle stampe nell’Ottocento e nei primi anni del Novecento.

Le testate sono state raggruppate per aree tematiche (stampa economica, stampa illustrata, riviste letterarie, riviste sportive, stampa coloniale, stampa politica, stampa religiosa, stampa satirica, riviste scientifiche, stampa sindacale ecc.) e per luogo di pubblicazione (Africa equatoriale francese, Algeria, Africa occidentale francese, Belgio, Camerun, Canada, Cina, Costa francese della Somalia,  DOM-TOM, Colonie francesi dell’India, Stati Uniti, Haiti, Indocina, Madagascar, Marocco, Svizzera, Siria, Libano, Togo, Tunisia).

URL: <http://gallica.bnf.fr/html/editorial/presse-revues#docs>

Vifarom: un portale per la ricerca sulla storia e sulla cultura di Francia e Italia

Il portale Vifarom è uno strumento pensato per gli studiosi dell’area umanistica e delle scienze sociali che focalizzano la loro ricerca su Francia, paesi di area francofona e Italia.

Il portale, che fornisce una via di accesso integrata a cataloghi e risorse online, è curato dalla DFG – Deutsche Forschungsgemeinschaft (Istituto di ricerca tedesco).

URL: <http://www.vifarom.de/>

L’Avenir: pubblicazione clandestina della Resistenza francese (1943-1944)

Segnaliamo dal blog di Gallica, la biblioteca digitale della BnF-Bibliothèque nationale de France, la disponibilità in linea del giornale clandestino francese l’Avenir, publication clandestine de la Résistance (1943-1944), conservato nel Fondo libri rari e digitalizzato con la collaborazione della Fondation de la Résistance.

Sfoglia il primo numero

« Journal provisoirement clandestin destiné aux jeunes de France », L’Avenir paraît pour la première fois le 20 août 1943. Il est l’organe de l’Organisation civile et militaire des jeunes (OCMJ), né début 1943 de la fusion de plusieurs groupes de jeunes proches de l’OCM (l’un des plus gros mouvements de résistance en zone occupée) autour des étudiants Charles Verny et François d’Humières notamment. Le journal est d’abord « imprimé sur les presses d’un français libre », Marcel Blondin, imprimeur rue Cardinet à Paris, par les soins de Marcel Knopf, puis à Colombes, 33 rue du Souvenir, par Pierre Virol, qui mourra en déportation.

Les grands moyens sont employés pour le premier numéro, imprimé en couleurs, sur quatre pages. Comme la plupart des journaux de résistants, L’Avenir se place, par le biais d’une épigraphe, sous le regard de l’Histoire, sous le jugement d’un de ses grands hommes d’État ou penseur. Ici, Clemenceau, le « Père » de la Victoire en 1914-1918 : « Quand une nation s’appelle la France elle ne capitule pas pour trois batailles perdues ». Le journal affirme aussi dès le premier numéro sa fidélité au général de Gaulle et au général Giraud qui co-président alors le Comité français de la Libération nationale. Mais surtout, L’Avenir publie en une sa définition de la Résistance, un très beau texte sur le sens donné à ce combat.

Au fil des numéros, les rubriques s’étoffent. En pages intérieures, on retrouve une revue de la presse de la Collaboration (« Eux ») et de la presse de la Résistance (« Nous »), ainsi que des consignes de sécurité pour résister ou pour distribuer clandestinement le journal, des appels à la solidarité, à l’action ou à la résistance passive, des articles spécialement destinés aux jeunes femmes éloignées des combats militaires. Les éditoriaux sont parfois signés « Claude Isnard », pseudonyme de Claude Desjardins, le directeur du journal. A l’orée de 1944, il écrit : « Nous ne permettrons pas qu’on étouffe sous un silence lâche les actes ignominieux de l’ennemi » (n°9). [Continua a leggere… ]

URL: <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32707877b/date>

La stampa francese del XVII e XVIII secolo: giornali dell’Ancien Régime disponibili online

Le gazetier universel è un repertorio di risorse digitali che elenca alfabeticamente per titolo tutti i giornali e le riviste storiche francesi del periodo dell’Ancien Régime che sono accessibili gratuitamente sul web. Per ciascun titolo è indicato il posseduto (= le annate disponibili online) con link diretto alla biblioteca digitale che consente l’accesso alle risorse documentarie.

Le gazetier universel est une bibliothèque virtuelle ordonnée de la presse d’Ancien Régime. Ce répertoire, entrepris par Denis Reynaud au printemps 2009, propose aujourd’hui 8500 liens vers plus de 400 titres de périodiques en langue française des XVIIe et XVIIIe siècles, librement consultables en ligne. Établi à partir de Google Books et de quelques autres sites, il est régulièrement complété et corrigé.

URL: <http://gazetier-universel.gazettes18e.fr/>

[via Archivalia]

L’Histoire par l’image: la storia della Francia attraverso le immagini (1789 – 1939)

L’Historie par l’image è un portale che consente di approfondire la storia della Francia attraverso documenti iconografici conservati presso musei e archivi francesi.

Ogni documento (riproduzioni di quadri, fotografie, stampe, incisioni… ) è corredato da due schede, una relativa al contesto storico e una dedicata all’analisi dell’immagine.

Il progetto, realizzato dal Ministero francese per l’educazione, si rivolge principalmente a insegnanti e studenti ma incontra anche l’interesse di studiosi di storia e di appassionati di storia dell’arte.

Vengono proposti percorsi cronologici e tematici ed è disponibile una maschera per la ricerca avanzata (parole chiave, nome dell’artista, titolo dell’opera, soggetto). Molto interessanti anche le animazioni, piccoli documentari di approfondimento su temi specifici.

L’Histoire par l’image explore l’Histoire de France à travers les collections des musées et les documents d’archives.

Ce site s’adresse aux enseignants et à leurs élèves mais aussi aux curieux et à l’amateur d’art et d’histoire.

Actuellement en ligne sur L’Histoire par l’image : 2058 œuvres, 1086 études et 119 animations.

URL: <http://www.histoire-image.org>

1906 – Dreyfus réhabilité: un sito francese dedicato all’affaire Dreyfus

Dreyfus

Il sito 1906– Dreyfus réhabilité è un progetto del Ministero della cultura francese e si propone di rendere accessibile ad un vasto pubblico la storia dell’affaire Dreyfus che infiammò e divise l’opinione pubblica francese tra la fine del XIX secolo e l’inizio del XX.

Diviso in aree tematiche e cronologiche, il sito offre non solo una ricostruzione dell’affaire dalle sue origine ai dibattiti più attuali, ma anche uno strumento interattivo a fini storico-educativi: materiali audio e video, fotografie, nonché trascrizioni di documenti originali. È fornito di una ricca mediateca nella quale cercare liberamente un documento ed è possibile fruire dell’articolazione in una bibliografia ragionata, un inventario dei fondi archivistici, una filmografia e un elenco di link.

Una cronologia dettagliata e una sezione pedagogica destinata all’insegnamento completano il sito.

Disponibile nella versione in francese e in inglese.

URL: <http://www.dreyfus.culture.fr>

[segnalazione tratta da: Diacronie. Studi di storia contemporanea]

Fondi d’archivio francesi sulla Seconda guerra mondiale

Dalla «drôle de guerre» (la guerra fittizia, 1. settembre 1939- 10 maggio 1940) alla Liberazione: il catalogo collettivo nazionale francese dei fondi d’archivio digitalizzati Patrimone numérique dedica un dossier alle risorse che documentano i principali avvenimenti che segnarono la Francia nella Seconda guerra mondiale: l’esodo, l’occupazione, il regime di Vichy, la propaganda, i campi d’internamento e le persecuzioni, il governo provvisorio a Londra, i combattimenti contro i nazisti.

Viene presentata al pubblico una mappatura completa dei progetti di digitalizzazione già conclusi o ancora in corso d’opera. La maggior parte dei fondi digitalizzati al momento è consultabile solo presso gli Archivi presso i quali i documenti sono conservati. Segnaliamo tuttavia due fondi che sono disponibili ad accesso libero:

Campi d’internamento francese, 1939-1945: fondi fotografici

“Les camps d’internement sont apparus dès 1939 afin de regrouper, notamment, les réfugiés étrangers allemands ou de la guerre civile espagnole. Entre 1940 et 1944, les camps se multiplièrent sur l’ensemble du territoire. Y étaient internés les victimes des législations antisémites et de manière générale de persécutions raciales, ainsi que les opposants au régime de Vichy, comme par exemple les résistants ou les communistes. Certains de ces camps furent le point de départ vers les camps d’extermination.

Initialement, l’administration des camps d’internement français fut confiée au ministère de la Guerre avant d’être rattachée, en novembre 1940, au secrétariat général à la police du ministère de l’Intérieur. L’inspection générale des camps fut créée en septembre 1941 chargée du contrôle des camps, elle dressait un rapport à la suite des inspections qu’elle y effectuait. Les inspecteurs réalisaient, au cours de ces inspections, des clichés qui venaient à l’appui de ces rapports.

Les photographies présentées ici sont une sélection de ces clichés. Elles portent sur 9 camps différents : Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence), Les Milles (Bouches-du-Rhône), Récébédou (Haute-Garonne), Pithiviers (Loiret), Gurs (Pyrénées-Atlantiques), Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), Brens (Tarn), Saint- Sulpice-La-Pointe (Tarn), Saint-Paul-d’Eyjeaux (Haute-Vienne).

Le fonds de l’inspection générale des camps dont proviennent ces rapports et clichés, est conservé au Centre historique des Archives nationales dans la sous-série F7 15086 à 15111. Ces dossiers sont librement communicables au CARAN.

Ces photographies constituent une source iconographique unique de par le nombre de camps concernés. Elles représentent aussi bien les internés dans leur vie quotidienne que les installations, baraques, barbelés et miradors. C’est néanmoins une vision officielle qui nous est offerte, gommant ainsi les aspects les plus tragiques de l’histoire des camps d’internement”.


Manifesti murali della Seconda guerra mondiale, 1939-1945

“Le Comité d’histoire de la deuxième guerre mondiale est né en décembre 1951 de la fusion de la Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France, la CHOLF, et du Comité d’histoire de la guerre, créés respectivement en octobre 1944 et en juin 1945 pour préserver la mémoire des années 1939-1945.

Le Comité avait également rassemblé une importante collection d’affiches, comprenant un millier de pièces et s’étendant du début des années trente à l’après-guerre. Leur plan de classement, à la fois chronologique et thématique, est ainsi organisé : avant-guerre (pacifisme, montée du nazisme, guerre d’Espagne); opérations militaires en 1939-1940; occupation allemande en Belgique, aux Pays-Bas et en Pologne; occupation allemande en France et répression; Gouvernement de Vichy; France libre, alliés, Résistance intérieure; Libération; période postérieure à la Libération.

Cet ensemble exceptionnel, où les documents écrits tels que des consignes militaires ou des avis officiels de condamnation voisinent avec un matériel de propagande à l’iconographie très fournie, est particulièrement riche pour ce qui concerne l’État français”.

URL: <http://www.numerique.culture.fr/mpf/pub-fr/dossier-guerre39-45.html?from1=dosguerre39-451>